Forum Dunkerque Poker
 
AccueilPortailSiteFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Variance, Tilt, Ego

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Variance, Tilt, Ego    Jeu 17 Mar 2011 - 21:11

Comme l’a dit une fois un célèbre joueur de tournoi à une table : « un jour viendra où vous connaîtrez une période dans votre jeu pire que tout ce que vous avez jamais imaginé pouvoir arriver ». Alors que je vous écris, je suis en plein dedans ! Je n’écris pas cela pour vous ennuyer avec ces histoires de catastrophes dues à des cartes miraculeuses ou à des runner runner salvateurs pour votre adversaire. J’écris pour, je l’espère, permettre à de jeunes joueurs d’apprendre à mieux gérer leurs futures et inévitables fluctuations de bankroll, en prenant exemple sur ce qu’il m’arrive.

La Variance, le Tilt et l’Ego jouent un rôle majeur dans la durée et les effets dévastateurs de ces fluctuations. On ne peut essayer de maîtriser que deux de ces trois facteurs, c’est pour cela que je n’ai pas l’intention de passer beaucoup de temps sur la Variance. Plusieurs articles ont déjà été écrits sur le sujet par des joueurs bien plus talentueux que moi. L’idée maîtresse est que tout tirage (4 contre 1, 10 contre 1, 45 contre 1) finit toujours par sortir. Et parfois, ils surviennent tous et en très peu de temps. Et on ne peut rien y faire ! Apprenez à vous satisfaire d’avoir mis de l’argent dans le pot en étant favori et d’avoir quand même perdu. Vous avez donc réussi à amener votre adversaire à commettre une grosse erreur, et c’est le mieux que vous puissiez espérer faire.

Les deux autres facteurs, le tilt et l’ego, sont très liés à mon sens. Vous qui me lisez et moi-même, nous ne représentons qu’un faible pourcentage des joueurs des limites basses du No Limit, ces joueurs qui étudient sérieusement le jeu de poker. Nous essayons de nous améliorer au travers des messages que nous écrivons sur les forums. Nous étudions des mains, nous partageons des idées, nous apprenons des erreurs des autres. C’est ce qui nous rend meilleurs. Nous savons quel est le vrai problème : c’est nous !

Je reste persuadé que la plupart d’entre nous pense être l’un des meilleurs joueurs de la table que l’on vient de rejoindre. Nous observons les erreurs de nos adversaires et nous faisons de notre mieux pour les exploiter. Lorsque l’on gagne, on se félicite et l’on se réjouit d’avoir passé du temps à améliorer notre jeu. Et quand on perd, c’est habituellement parce que quelqu’un a été chanceux. Le fait de se savoir meilleur que nos adversaires rend les défaites bien plus douloureuses. Du coup, lorsque l’on perd, on peut être amené à jouer bien plus longtemps que de raison. Nous nous savons meilleurs, donc nous ignorons les signaux d’alerte révélateur d’un Tilt, dans l’espoir de prendre tous les jetons d’un joueur mauvais. On en devient impatient, et l’on commence à forcer son jeu alors que ce qu’il faudrait faire, c’est attendre le bon moment.

Quelle que soit l’importance de notre niveau par rapport à des joueurs plus faibles, il ne nous sera jamais possible de gagner tous les jours. Cela me rappelle une interview de Chip Reese (RIP) dans laquelle il disait qu’il lui semblait que la plus grosse des erreurs que ses adversaires pouvaient faire, c’était de jouer trop longtemps alors qu’ils perdaient. Il a aussi ajouté que cela a été le travers le plus dur à dépasser au début de sa carrière.

Avant de devenir de véritables grands joueurs, il nous faudra apprendre à quitter la table dans les mauvais moments, et à jouer plus longtemps dans les phases où l’on gagne. On joue tous bien mieux lorsque l’on gagne. Et notre jeu empire lorsque l’on perd. Si vous jouez habituellement deux heures par jour, mais que parfois vous vous autorisez à jouer six heures, il vaudrait mieux que vous ne jouiez six heures que lorsque vous jouez bien et contrôlez la table que quand vous ne voulez plus décrocher dans l’espoir d’essayer de vous refaire.




A mon avis, ce qui explique que l’on ne veuille plus quitter une table à ce point, c’est principalement l’ego. Il est important de réussir à faire la part des choses entre soi et ses résultats au poker. C’est pourquoi il nous faut tous quelque chose en dehors du poker dont on peut être fier et que l’on apprécie. Nous devrions tous nous efforcer à être de bons amis, de bons parents, de bons élèves, etc. Si vous êtes un joueur de poker occasionnel, mettez la priorité la plus haute sur tous les autres aspects de votre vie, plutôt que sur le poker. Si vous êtes un joueur professionnel, trouvez-vous d’autres activités qui vous épanouissent. Trouvez-vous quelque chose d’équilibré qui vous apporte du bonheur. Si votre bonheur doit dépendre du poker, vous allez connaître un parcours émotionnel infernal avec des hauts et des bas. De vraies montagnes russes ! Moins vous dépendrez intimement du poker, meilleur sera votre jeu !

Je n’ai pas grand chose à dire de plus sur le sujet. J’espère que vous m’avez lu jusqu’ici, et que vous y avez trouvé matière à réflexion. J’ai moi-même tiré profit de l’écriture de cet article. J’espère seulement que cela aura été le cas pour vous aussi. Je compte faire une pause de quelques jours loin de tout poker, lire un livre, sortir avec ma copine et aider une vieille à traverser la route. Comme je l’espère, quand je m’y remettrai, la roue aura tourné dans un sens qui m’est plus favorable, et si ce n’est toujours pas le cas, j’espère être en mesure de prendre cela avec bien plus de sérénité. Je me dois d’y arriver, si je veux être un vrai professionnel.
Revenir en haut Aller en bas
 
Variance, Tilt, Ego
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» FULL TILT 2011
» FULL TILT 2010
» [VDS] Tilt - Gen4 - Joystick
» recherche Magazine TILT
» 10 ans de tilt d’or

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Dunkerque Poker :: 
LE MONDE DU POKER
 :: LE POKER SUR LE NET
-
Sauter vers: